• votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • article issu de : https://www.la-maison-bleue.fr


    votre commentaire
  • article issu de ; http://doc.rero.ch


    votre commentaire
  • article issu de : https://www.has-sante.fr

     


    votre commentaire
  • article issu de : https://www.diplomatie.gouv.fr


    votre commentaire
  • article issu de : http://soutiengestuel.ch

     


    votre commentaire
  • article issu de : http://www.udaf79.fr


    votre commentaire
  • article issu de : http://www.cere-asbl.be


    votre commentaire
  • article issu de : http://docnum.univ-lorraine.fr

     

     


    votre commentaire
  • article issu de : https://dumas.ccsd.cnrs.fr

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    article issu de : http://www.enfant-different.org

    Signer en crèche, signer avec les bébés

     

    Une chance pour les enfants dont le développement questionne et leurs parents  ?

     

     
    Main d'un jeune enfant

    Qu’est-ce que les signes apportent aux petits bébés ? Les bénéfices des signes pour les bébés peuvent nous motiver pour les proposer aux bébés qui ont un handicap ou un risque.

     

    La proposition de signer avec les bébés n’est pas au départ imaginée pour les enfants en difficulté de communication. Hors, on sait maintenant que la communication vers les bébés accompagnée de signes et de gestes, permet une meilleure communication de l’adulte vers l’enfant et permet aussi à l’enfant de rentrer plus vite dans la communication symbolique et le langage.

    Les signes aident l’enfant à écouter…à comprendre. Et avec nos mains, nous lions tout à la fois ce qu’il voit, ce qu’il entend, ce qu’il ressent. Nos mains l’aident à comprendre ce que nous disons. :

    “Il écoute avec ses yeux…” ou bien : ”ils écoutent mieux quand je signe.”
    “Quand je parle, il ne veut pas entendre ; quand je signe, il écoute.”

    Nos mains les aident à savoir où trouver les mots importants dans les phrases que l’on dit. Nos mains deviennent un surligneur, et permettent à l’enfant de “voir” les mots - clé.

    La langue des signes oblige à communiquer d'une autre manière: regarder l'enfant, attendre le regard, capter son attention, prendre le temps de lui parler, diminuer le débit de parole.

    Cela nous aide au quotidien avec les enfants, les signes apaisent les enfants, il y a moins de frustration. Lorsqu’un signe est acquis, que l'enfant comprend la signification, nous pouvons leurs apprendre de nouveaux signes, l'enfant est réceptif attentif .

    Les mains vont l’aider à dire : dire simplement « encore », « manger », mais aussi partager ce qui l’intéresse, ce qui l’intrigue, ce qu’il aime : c’est le bébé qui dirige !
    On n’a pas besoin de deviner, il peut dire.

    Satine, 10 mois, commence vraiment à signer.
    Vu de l’extérieur, tout est pareil, mais je vois qu’elle fait des distinctions entre les signes .

    Il y a des signes majeurs

    • Il s’agit de « regarde ». Regarde est un super signe pour aider le bébé, qui furète et qui regarde partout, à regarder ce qui est réellement important. C’est comme un minuscule fil, qui va des yeux du bébé … aux autres enfants, à papa qui rentre, à un animal, l’assiette… on voit bien comme il va aider les bébés en difficulté à s’ouvrir sur le monde.
    • Il y a ”donne” qui aide à prendre conscience des autres. Et il y a « s’asseoir », un signe magique parmi les signes français, qui invite un bébé énergique à s’asseoir !
    • Et tous les signes qui permettent de dire à l’enfant ce qui va se passer pour lui ; toujours l’avertir. « Je vais te débarbouiller, changer ta couche… ». Et les résultats stupéfient toujours les adultes. La vie devient plus facile !!! Moins de pleurs…
    • Et à la crèche, les signes ritualisent les routines quotidiennes : les repas, la toilette, attendre…

    Je voudrais faire une place particulière à l’expression des émotions.
    Aider les bébés à comprendre et nommer ce qu’ils ressentent. La colère, la tristesse, la joie, mais surtout, la vitale émotion de la peur… nous ressentons les émotions du bébé, nous les nommons, nous les expliquons: avec nos mains, avec nos mots, nous expliquons au bébé pourquoi il est triste, ou en souffrance, ou en colère, ce qui lui a fait peur … et on voit ce petit comprendre et se calmer. C’est à chaque fois tout à fait émouvant

    Les signes ancrent la communication dans le regard, lui donnent une armature. Nous nous donnons un outil pour mieux nous »brancher » l’un avec l’autre.
    On ne peut pas signer sans regarder l’enfant. On doit ralentir, se baisser également.

    Signer calme les bébés agités, cela nous ralentit

    Au moment des repas, plus de stress… ils sont là, ils nous regardent, ils signent, ils chantent

    Quand nous signons, nous indiquons à l’enfant que ce que nous lui disons est important pour lui et pour nous

     c’est terrible, a dit une directrice, je me suis rendue compte que je ne regardais jamais les enfants quand je leur parlais 

    Le fait aussi que les adultes ne connaissent normalement que peu de signes, leur donne un cadre pour les aider à simplifier leur langage, à utiliser moins de mots..(sauf je l’avoue pour certaines mamans rencontrées qui se croyaient obligées d’utiliser tous les signes du dictionnaire)

    Une fois posés ces préalables, on voit déjà ce que la proposition des signes avec tous les bébés peut apporter aux parents et aux bébés ayant des difficultés de communication.

    Comment les choses se passent-elles en crèche ?

    On voit aussi des structures d’accueil des petits se former à l’utilisation des signes dans la collectivité. Et on les voit cheminer en parallèle dans l’accueil des enfants dits différents. Les signes devenant alors une vraie chance pour les enfants handicapés, de trouver leur place dans le groupe, la proposition de signer étant adressée à tous ne stigmatise pas les besoins spécifiques de l’enfant handicapé.

    Du côté de l’équipe, il y a eu un changement dans la relation avec les enfants. En utilisant ce langage, nous observons que les enfants sont plus calmes. Ceux dont les parents n'ont pas suivi la formation sont également très intéressés et parviennent à utiliser ce langage. Personne n'est exclu. C'est au contraire un élément fédérateur. Nous avons l'habitude et la volonté de mélanger les tranches d'âge. Ce langage permet vraiment aux petits de trouver leur place et aux grands de s'amuser avec eux.

    Actuellement, les enfants baignent dans les signes. On parle en signant, on chante en signant. Les professionnelles signent, les parents signent lors des permanences. Les enfants se sont approprié ce langage. Ils regardent, ils comprennent et la plupart savent maintenant signer. Et tout le monde peut en apprécier les avantages

    Le LS au début est tout nouveau pour l'enfant, à la maison les parents n'ont jamais signé avec eux. Lorsque l'enfant sait un signe, qu'il le répète nous le communiquons aux parents. On laisse le choix aux parents de signer avec leurs enfants. Nous avons remarqué que les enfants sans frustration signent peu, juste pour "boire" "encore" "manger" "gâteau".

    Il se trouve que les ateliers ont commencé l'année où Antoine est arrivé à la crèche. Je dois dire que j'ai trouvé ça très rassurant.  D'autant plus rassurant que cela mettait a priori, Antoine sur le même pied d'égalité que les autres enfants (même si un bébé d'un an signait mieux que lui à deux ans !). Les signes créaient donc un socle commun entre tous les enfants, mais aussi les adultes (parents et professionnels). Je me souviens aussi d'un petit garçon russe qui ne maîtrisait pas du tout le français et pour qui les signes ont été d'un grand secours.  Au départ, j'ai donc vraiment senti un véritable engouement de la part des parents et des professionnelles de la crèche. Cela a créé une émulation, notamment au moment des comptines, des chansons et au moment des repas (je ne pense pas qu'à aucun moment les signes aient été intégrés sur une journée entière et utilisés systématiquement à chaque prise de parole). 

    Mon fils est porteur de trisomie 21 .C'est une chance inespérée pour lui qui "baigne" ainsi du matin au soir dans les signes, qu'il soit à la crèche ou à la maison. A 2 ans et demi, notre fils ne parle toujours pas mais il maîtrise une bonne dizaine de signes qui lui permettent de s'exprimer et de participer à de nombreux échanges avec son entourage. Son premier signe a été "encore" (voir photo "encore du gâteau au chocolat"); les autres correspondent aux moments clés de la journée : les repas (manger, pain, gâteau, encore, fini...), les temps de jeux (signes des animaux, ballon, cubes, livre...), le bain, le coucher. Le projet est vraiment une très belle idée qui permet à tout enfant et adulte de communiquer autrement que par la parole, et de fait, contribue à l'enrichissement de chacun.

    La langue des signes participe a la mise en place d’une relation collective différente au sein de la structure petite enfance. L'accueil doit avant tout être respectueux de l'individu tout en s'établissant dans un environnement collectif. L'adulte, parent ou professionnel, cherche à établir une relation individuelle pour répondre aux besoins de enfant. La méthode “signe avec moi” facilite cette démarche, car elle demande à tous les interlocuteurs de porter attention aux autres. Le dialogue se construit par de l'attention, par la recherche de réponses, puis petit à petit un vocabulaire d'échange collectif se met en place, le signe mettant le mot en résonance. Le langage verbal et le signe sont complémentaires, ils aident a créer une relation de partage. Chacun s'approprie ce qui lui semble indispensable dans son développement.

    La formation "Signe avec Moi " a été initiée par un groupe de parents, mais ce sont les enfants qui nous convainquent vraiment, soit parce qu’ils n'ont pas encore acquis le langage verbal, soit parce qu’ils ne connaissent pas la langue française, soit parce que leur culture est différente, ou soit parce que cela permet un mode d’expression plus complet où le corps est mis à contribution tout comme la parole. Le geste accentue l’implication et souligne le sens. Souligner chaque intention témoigne d’une réelle volonté de relation et chacun se sent concerné. C’est très agréable car nous prenons du temps pour se parler.

    Il parait important de souligner ici à quel point la proposition de signer à des structures petite enfance (crèches, garderies) vont ouvrir les professionnels à l’accueil des enfants handicapés.Les signes ne seront pas réservés à l’enfant en difficulté, stigmatisation de plus : on signe parce que cet enfant a un handicap, et on montre encore un peu plus ses difficultés. Non, on signe pour tous les enfants, et il va en profiter, comme les autres, peut-être plus que les autres, mais avec les autres. Et ça change tout !
    Pour les parents de l’enfant en question, c’est vraiment important : la crèche ne fait pas une démarche qui entre encore et encore dans la rééducation, la focalisation sur ses difficultés. Non, la crèche fait une démarche pour tous, qui répondra plus particulièrement à ses besoins spécifiques. Mais sans le montrer du doigt !!

     Je suis persuadée que les signes sont un outil supplémentaire pour un enfant, même ordinaire, et qu'ils participent à la construction de la personnalité de l'enfant, au même titre que le jeu par exemple. Bien sûr un enfant ordinaire peut s'en passer, mais qu'est-ce qu'un enfant ordinaire ? Tout enfant est susceptible de rencontrer un problème de communication à un moment donné de par son  origine, sa personnalité, son milieu familial, un accident ... et même sans parler de problème éventuel, les gestes participent au développement des sens, à la construction de l'enfant et à la mise en contact avec l'autre.

    En crèche aussi, il est intéressant de voir que les signes utilisés dans le groupe des grands ( 2 ;3 ans) pour aider un enfant qui ne parle pas, alors que les autres parlent, oblige les éducatrices à mettre des mots sur le handicap. «  Tu vois, Théo n’arrive pas bien à parler avec sa bouche, alors on l’aide en parlant avec nos mains »

    La difficulté en crèche semble être de tenir sur le long cours !! Cet outil peut être fragile dans les crèches : le personnel bouge beaucoup, il faut de la ténacité, se donner les moyens, entretenir les signes, y croire encore. Echanger avec d’autres structures… de ne pas perdre l’enthousiasme des débuts, continuer à signer avec les nouveaux enfants, motiver les nouvelles éducatrices…

    Actuellement, Antoine continue à aller quelques après-midi à la crèche. J'ai donc beaucoup moins de visibilité sur les activités qui se pratiquent avec les signes (si elles se pratiquent encore). Je peux juste dire qu'à mon niveau, les signes sont devenus imperceptibles.
    Idéalement, il faudrait que les ateliers aient lieu tous les ans, qu'en quelques sortes, ils fassent partie des missions que se fixe la crèche. 

    D’où l’importance d’en faire un projet d’équipe, porté par l’équipe et la direction !

    Cela fait deux ans que je signe à la crèche sur les deux sections que j'ai faite (les bébés et les moyens) nous signons avec mes collègues de travail que je trouve très motivées, car sans elles le LS ne serait pas possible. 

    Des séances d’auto-formation puis de formation ont vu le jour très rapidement à la crèche. Les parents et les professionnelles de la crèche et du quartier ont été invités à participer.. Parmi elles, tous les professionnels de la crèche. La dynamique était lancée et c’est sans doute ce qui a favorise la transmission de ce langage aux autres enfants et aux autres familles de la crèche

     Je dois vous dire que c'est un travail qu'il faut être tenace car au quotidien cela demande de l'énergie et de la ténacité  Malheureusement, il me semble que si l’enthousiasme est réel dans un premier temps, il retombe très vite. Au bout de quelques mois, très peu de parents continuaient à pratiquer et il en était de même pour les professionnels.  J'ai d'autant plus de facilité à le dire, que moi la première, j'ai eu beaucoup de mal à m'y mettre et qu'il est très difficile de s’astreindre à pratiquer. 

     

    Écrit par...

     

    Marielle Lachenal

     

    Marielle Lachenal

     

    Présidente de l'association Parents Ensemble, vice-présidente secteur enfants de l'ODPHI, membre de l'association Isaac-Francophone

     


    votre commentaire
  • article issu de : https://www.microcrechelespapillons.com

    Signer avec bébé : la "Langue des Signes Bébés "

     

     

     

     La Langue des Signes Bébés (LSB) est un nouveau concept qui gagne à être connu, qui se développe de plus en plus dans les crèches notamment. Étant sensibilisée à la langue des signes française (LSF) lors de mes précédentes expériences, j'ai une première approche des signes usuels du quotidien. L'équipe de la micro-crèche étant intéressée par cette approche, nous avons creusé ce concept de LSB afin d'en dégager les bienfaits pour l'enfant et de pouvoir l'utiliser.

     Comment est née la « Langue des Signes Bébés (LSB) » et s’est-elle développée ? 
     

    C’est aux Etats-Unis qu’elle a vu le jour, sous le nom de « baby signs » dans les années 1980.  Il a été constaté à cette période, que les bébés vivant dans des familles sourdes utilisant la langue des signes communiquaient plus rapidement que les bébés de familles entendantes. A partir de là, des observations ont été réalisées et les bienfaits de la langue des signes ont été mis en lumière. Ces idées se sont étendues en France et prennent de plus en plus d’ampleur. Dans les années 2000, ce sont deux comédiennes sourdes et mères d’enfants entendant, qui se sont saisies de ce concept de LSB et qui l’ont véhiculé en France : Nathanaëlle Bouhier – Charles et Monica Companys. Des premiers livres ont fait leur apparition en 2006, et des associations commencent à se développer afin de faire connaitre la LSFB au plus grand nombre. Dans les établissements d’accueil de la petite enfance, les signes sont de plus en plus utilisés en accompagnement de la parole, sous forme de comptines, etc. Voyons de plus près en quoi consiste la LSB et quels sont ses atouts ?

     Qu’est-ce que la LSB ? Quand l’utiliser ?

     Ce sont des signes qui sont issus de la Langue des Signes Française (LSF) qu’utilisent les personnes sourdes et malentendantes. Ils sont néanmoins simplifiés car ils s’adressent aux bébés. Il ne s’agit pas d’utiliser la LSF dans toute sa complexité, mais de l’adapter aux plus petits, en utilisant des mots du quotidien. L’objectif est que les bébés puissent exprimer des choses (leurs besoins notamment, leurs sensations, etc) qu’ils ne peuvent faire lorsqu’ils n’ont pas encore les mots pour les formuler. Leur seul moyen d'expression à leur disposition est alors les pleurs. Pourquoi ne pas utiliser leur corps et notamment leurs mains, pour nous guider dans leurs besoins ? Il s’agit d’associer notre parole au signe correspondant (manger, boire, dormir…), afin que les bébés s’en saisissent et puissent le reproduire par la suite. Par la répétition de ces signes, les bébés peuvent les intégrer.

     Nous pouvons nous demander : à quel moment utiliser ces signes ? Quand commencer ?

    Eh bien, cela peut se faire dès la naissance du bébé. Même s’il n’est pas en capacité au départ de reproduire les signes, il les voit, il entend la parole associée et les enregistre dans sa mémoire. Ce n’est que plus tard que le bébé associe les mots aux gestes, à force de répétition. Peu à peu, vers 8-10 mois, l’enfant a la capacité motrice de reproduire des gestes simples, même s’ils ne sont pas reproduits à l’identique, il saura se faire comprendre. Plus les signes sont utilisés tôt, plus l’enfant s’en saisit et peut s'en servir de manière naturelle et spontanée.

     Il est intéressant de savoir que les enfants maitrisent bien plus tôt et plus rapidement les muscles de leurs bras et de leurs mains que ceux de leur bouche. Par imitation ils peuvent rapidement se mettre à signer.

     Pourquoi signer ? Quels intérêts  ?
     

    Utiliser la LSB n’est pas juste une « mode », cela a de réels bénéfices pour l’enfant et la relation adulte – enfant. Même si les signes s’estompent voire disparaissent lorsque l’enfant a les mots pour s’exprimer, signer avec bébé peut s’avérer utile, et dans tous les cas, est un « plus », qui enrichit la communication et les interactions.

    Mieux comprendre l’enfant et répondre à ses besoins

    Nous faisons déjà des gestes naturellement, comme par exemple lorsque nous disons au revoir. Le bébé, tôt, fait de même, spontanément, par imitation. Il associe le mouvement à la parole. Il s’agit de faire la même chose pour les gestes usuels. De cette manière, nous donnons à l’enfant la possibilité de s’exprimer et de se faire comprendre, avant de pouvoir parler. En effet, nous ne comprenons pas toujours bien les besoins des enfants, nous pensons parfois qu’il est fatigué alors qu’il a faim, nous ne détectons pas forcément quand il a soif, etc… Les signes permettent au bébé de pouvoir montrer ce qui peut les déranger, exprimer une émotion, sensation, et ce dont ils ont besoin. Cela peut éviter certaines frustrations liées à une réponse inadaptée. Une meilleure compréhension de l’enfant est donc le premier bénéfice de la LSB. Mais ce n’est pas le seul... un autre avantage est que cela renforce les interactions entre l’adulte et l’enfant…

     Bénéfices dans la relation adulte - enfant

    Le geste n’est jamais utilisé seul dans la communication avec le bébé, il est toujours accompagné de la parole, il enrichit alors l’interaction et la communication. Le fait de signer avec bébé, « oblige » en quelque sorte à capter son regard, à être face à lui lorsque nous lui parlons, afin qu’il puisse voir également le signe. Cette proximité lorsque nous communiquons avec bébé permet de renforcer les liens et de favoriser les échanges. Nous sommes ainsi dans un « face à face » qui renforce le lien.

     Une ouverture sociétale sur le handicap

    Par ailleurs, signer avec les enfants et leur transmettre quelques signes simples de manière ludique peut être bénéfique lorsque des enfants rencontrent des enfants atteints de surdité par exemple. Cela participe à mon sens à une ouverture sociétale, et nous permet d’expliquer à l’enfant qu’il existe des personnes qui n’entendent pas, et qui ne communiquent que de cette manière.

    Après avoir travaillé dans une halte-garderie accueillant des enfants porteurs de handicap en même temps que des enfants « valides », j’ai observé des interactions entre enfants entendant et un enfant sourd non appareillé qui ne communiquait que par signes. Ces interactions étaient intéressantes et j’ai été surprise lorsque j’ai constaté que les enfants se sont saisi des signes que nous faisions avec cet enfant « différent ». Ils s’en sont appropriés certains, et, par imitation, communiquaient avec cet enfant sourd de cette manière. Toute la richesse est ici : de pouvoir ouvrir l’esprit de l’enfant à d’autres modes de communication, et lui transmettre des valeurs telles que l’acceptation de la « différence » et l’inclusion sociale. Car souvent, les enfants sourds restent ensemble, avec leur mode de communication propre. Pouvoir ouvrir ce cercle fermé en permettant aux "entendants" de faire un pas vers les personnes sourdes, c’est ouvrir des portes et rassembler les individus, quelques soient leurs différences.

    Une des questions souvent soulevées est : la LSF ne retarde t’elle pas le langage oral de l’enfant ?

    Aujourd’hui nous n’avons pas encore d’études montrant que les signes sont impactant de manière positive ou négative sur la parole. Ce qui ressort principalement des études menées jusqu’alors, c’est que cela favorise l’interaction adulte – enfant, et enrichit la communication entre eux. Ce qui est important c’est de toujours associer la parole au signe. Dans tous les cas, l’enfant tôt ou tard, parlera.

     Projet LSB à la micro-crèche :

    Pour le moment, nous en sommes au stade de projet, que nous allons démarrer au mois de décembre et développer au cours de l’année. Notre objectif est d’apprendre et d’utiliser quelques signes simples, associés aux mots du quotidien, en direction des enfants. Nous allons donc utiliser les signes de base lorsque nous communiquons avec l'enfant, notamment sur ses besoins. Mais de manière plus ludique, nous comptons utiliser des signes pour les comptines et pour quelques histoires, avec le support du kamishibaï.

    En plus de pouvoir communiquer avec les bébés, la LSB nous permet d’apprendre des signes qui peuvent nous servir dans la vie de tous les jours, lorsque nous côtoyons des personnes atteintes de surdité. Notre projet étant d’ouvrir aux enfants porteurs de handicap, nous avons trouvé intéressant de nous mettre à signer des mots simples.

    L’idée est bien sûr de transmettre aux familles ce que nous apprenons, et de les inclure dans ce projet pour celles qui le désirent. Pour ce faire, nous afficherons chaque semaine un nouveau signe, que nous mettrons en ligne par la suite sur le site internet, et nous pourrons vous les montrer également, et pourquoi pas, signer ensemble.

     

    Bibliographie / internet :

    - Journal des professionnels de la Petites Enfance, mai / juin 2014, n°88, p24 – 25

    - Signeavecmoi.com

    - Signes-bebe.com

    - Languedessignesbebe.com

    Pour apprendre les signes :

     - 115 signes du quotidien en crèche, a l'école ou à la maison, Sara Névoltris, éditions "un autre reg'art", mai 2014

    - Dis-le avec tes mains, Monica Companys, éditions Monica Companys


    votre commentaire
  • article issu de : https://www.ptitclub.fr

    Projet Communication gestuelle associée à la parole avec des signes empruntés à

    « la langue des Signes Française »

    Le Visuel est très présent chez le jeune enfant. La communication gestuelle est centrée sur les bases de la communication chez le tout petit (c’est-à-dire le visuel), d’où l’intérêt de sa mise en place en structure petite enfance.

    Les intérêts pour l’enfant sont les suivants :

    • Favoriser le développement de la parole
    • Exprimer ses sentiments, ses besoins, ses émotions
    • Communiquer entre enfants
    • Améliorer la confiance en soi
    • Eviter ou diminuer les frustrations

    Les intérêts pour les parents sont les suivants :

    • Privilégier un lien parent/enfant différent
    • Communiquer autrement avec son enfant
    • Echanger avec les professionnelles

    Les intérêts pour l’équipe sont les suivants :

    • Communiquer autrement et plus vite avec les enfants
    • Comprendre leurs besoins
    • Développer l’observation de chaque enfant
    • Echanger avec les parents

    Le projet s’adresse aux enfants des 2 espaces de vie. Entre 6 et 10 mois, l’enfant est capable de comprendre, d’intégrer et de reproduire un signe. Par exemple, le coucou avec la main.

    En principe, lorsque l’enfant maîtrise la parole il cesse de signer.

    Ce projet se doit d’être un projet global, que l’équipe entière s’y implique et que les parents y soit intégrés.

    • Toutes les professionnelles devront s’investir pour le bon fonctionnement et la pérennité du projet. Il faudra intégrer cet outil à nos pratiques quotidiennes.
    • Les parents seront également intégrés au projet afin qu’ils puissent comprendre les signes fait par leurs enfants, et ainsi les reproduire s’ils le souhaitent.

    Ce qui compte, c’est de signer souvent.

    Il faut toujours associer la parole et le signe. Il est essentiel d’établir le lien entre la situation, l’objet, l’action, le mot.

    Attirer l’attention de l’enfant, s’assurer qu’il nous regarde, signer lentement, signer de façon expressive, varier les situations.

    Ne pas forcer l’enfant, ne pas forcer son geste, lui laisser un temps de pause pour qu’il puisse signer.

    Avec les enfants de l’espace nénuphar, les signes utilisés seront autour des besoins vitaux afin qu’il puisse nous les exprimer sans avoir acquis la parole.

    Pour les plus grands de l’espace corail, les signes seront associés autour des comptines.

    Pour les parents, le lien sera établi par des échanges lors des transmissions, par l’affichage dans les espaces de vie d’images reprenant les signes, par des vidéos sur le blog.

    Les professionnelles du P’tit club seront en formation d’octobre 2014 à février 2015 afin de bien comprendre les enjeux de la mise en place d’un tel projet, et d’appréhender les bases de la communication gestuelle. La formation est assurée par Me MORIN Josette, présidente de l’association « Faites leur un signe ».

    N’oublions pas que les enfants font toujours du mieux qu’ils peuvent en fonction de leur âge. Nous signons par plaisir et pour fortifier la relation, pas pour la performance !

     

     

     


    votre commentaire

  • votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires