• votre commentaire
  • article issu de : Métiers de la petite enfance / février 2015

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • DC3 et DC4

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • article issu de https://papapositive.fr/

     

    Une infographie intéressante sur la théorie de l’attachement

    Je vous invite à découvrir une magnifique infographie sur la théorie de l’attachement de John Bowlby et ses conséquences sur le comportement des enfants (et des adultes qu’ils deviendront). Elle est l’œuvre de upbility

    On peut cependant y émettre un bémol : « Mère » aurait mérité d’apparaitre comme « Figure d’attachement », terme plus général qui évoque le père ou une autre personne qui a rempli le besoin d’attachement de l’enfant (voir les liens à la fin de l’article). Ce qu’il est important de signaler est la possibilité de faire évoluer l’attachement au cours du temps selon le principe de résilience notamment. Il n’y a donc rien de définitif grâce à la neuroplasticité du cerveau.

    « L’attachement est actif depuis le berceau jusqu’à la tombe » a écrit John Bowlby


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • L’attachement en crèche. Comment est-ce possible ? En pratique ça donne quoi ? Aujourd’hui, c’est la spécialiste Barbara Ongari (professeure de psychologie du développement à l’Université de Trento, Italie) qui intervient sur notre chaîne pour partager le résultat de ses recherches sur le sujet.

     


    votre commentaire
  • Aujourd’hui, Boris Cyrulnik, neuropsychiatre et éthologue, nous propose un voyage temporel au pays des pratiques pédagogiques : de quoi nous expliquer l’importance de la liberté et d’un rythme adapté pour le jeune enfant. « Ne créons pas une culture qui oublie le rythme » Entre entrave pseudo éducative et culture du sprint, il revient sur ces notions qui peuvent empêcher le bon développement des tout-petits libres explorateurs.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Aujourd’hui, Boris Cyrulnik nous permet de découvrir quelques traits des bébés créateurs, scientifiques et libres explorateurs. Eh oui, les bébés sont de formidables expérimentateurs ! Ils créent et expérimentent au quotidien.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • article issu de : http://www.fileasbl.be


    votre commentaire
  • article issu de : http://www.illkirch.eu


    votre commentaire
  • article issu de : https://doc.rero.ch

     


    votre commentaire
  • DRP

    Article issu de http://nounoucorinne.canalblog.com

    La DRP - désobstruction rhino-pharyngée ou plus communément lavage de nez.

     

    Quand doit-on faire un lavage de nez ?

    Les nourrissons et les jeunes enfants ne savent pas se moucher lorsqu'ils sont enrhumés ou lorsqu'ils ont le nez encombré.

    Ils ne savent pas non plus tousser efficacement et activement pour se débarrasser de leurs glaires.

    Les lavages de nez ou les désobstructions rhino-pharyngées -DRP en langage médical- sont donc indispensables pour déboucher les fosses nasales et évacuer les sécrétions en cas de rhume chez les nourrissons.

    La désobstruction rhino-pharyngée est un geste simple et efficace qui consiste à instiller un liquide physiologique ou une solution adaptée dans chacune des fosses nasales avec une pression douce mais suffisante pour pousser les sécrétions vers l'extérieur.

    La DRP doit être pratiquée avec parcimonie et en utilisant une quantité de liquide raisonnable. Il peut suffire de quelques gouttes dans chaque narine sans rien y introduire afin de diluer et humidifier les sécrétions. Cette DRP ne doit en aucun cas être effectuée en instillant le sérum avec une forte pression, source d'inconfort, et déclenchant une sensation de noyade.

    Le bébé peut avoir une respiration bruyante alors qu'il n'est pas enrhumé. C'est le cas lorsque quelques sécrétions ont séché dans ses fosses nasales et gênent le passage de l'air.

    Un éternuement provoqué (ou spontané) ou un simple nettoyage à l'aide d'une compresse permet en général de dégager les voies respiratoires hautes et un retour à la normale.

     

    Comment faire ? Quels produits utiliser?

     Chez le bébé :

    • Lavez vous les mains avant et après les soins.

    • Utilisez des dosettes de sérum physiologique ou de solution antiseptique adaptée.

    • Allongez le bébé sur le dos.

    • Tournez sa tête sur le côté et maintenez-la fermement avec la paume de la main. Essayez de maintenir sa bouche fermée en plaçant le pouce de cette même main sous son menton.

    • Avec l'autre main, placez la dosette à l'entrée de la narine supérieure en l'inclinant légèrement vers le haut et appuyez doucement pour instiller le produit dans la narine.

    • Puis tournez la tête de l'enfant de l'autre côté et répétez la manoeuvre dans la narine opposée.

    • Inclinez ensuite l'enfant et essuyez les sécrétions.

    • Si le bébé est très vigoureux et qu'il est difficile de le tenir, enroulez-le, bras le long du corps, dans une couverture ou une serviette de toilette. Cela évitera qu'il attrape votre bras au moment du lavage.

    • Ne vous passez pas de lavages de nez si votre enfant hurle et se débat au moment des désobstructions rhino-pharyngées. Celles-ci sont toujours bénéfiques pour lui.

    • Les lavages doivent être réalisés avant les repas ou les tétées pour éviter les vomissements.

    Il est fréquent de ne pas voir sortir les sécrétions par la narine controlatérale au moment de lavages de nez. Ce n'est pas grave. Le liquide aura entraîné les mucosités au fond de la gorge de l'enfant, qui les avalera.

    2e09e52b72ed1082272f3a92bbde41ef

    Chez l'enfant :

    • Si l'enfant ne sait pas souffler pour vider son nez, utilisez la même technique que pour le bébé.

    • Sinon, utilisez un spray à base d'eau de mer ou de solution antiseptique adaptée, que vous instillerez dans chacune des narines en position assise.

     

    Pourquoi est-ce important ?

    Les désobstructions rhinopharyngées sont indispensables chez les nouveaux-nés et les jeunes enfants afin de leur permettre de s'alimenter et de respirer correctement et afin d'éviter les complications infectieuses, comme les otites.

    En effet, les petits nourrissons ne savent pas respirer par la bouche. Lorsqu'ils sont enrhumés :

    • ils sont gênés pour respirer (respiration bruyante, difficile parfois)

    • ils dorment mal (réveils nocturnes fréquents en raison de la gêne respiratoire)

    • ils n'arrivent pas à garder leur tétine

    • ils n'arrivent pas bien à s'alimenter et régurgitent ou vomissent fréquemment

    • ils toussent gras, surtout en position allongée, car les glaires stagnent dans l'arrière gorge.

    De plus, l'encombrement nasal empêche les cavités de l'oreille moyenne d'être aérées convenablement par la trompe d'Eustache(canal reliant les fosses nasales à la caisse du tympan) et favorise la prolifération des germes en milieu clos. Les lavages de nez répétés permettent donc de diminuer le risque d'otite, de bronchite, de sinusite...

     

    Et le mouche-bébé dans tout ça ?

    Le mouche-bébé peut être utilisé pour compléter les désobstructions rhino-pharyngées.

    Il n'est jamais indispensable après une instillation de produit.

    Il est peut être utile lorsque les parents et les enfants sont plus à l'aise avec cette méthode qu'avec les lavages avec les dosettes ou le spray. L'aspiration doit être douce, afin de ne pas créer de dépression dans les cavités ORL et de ne pas endommager les petits vaisseaux sanguins de la muqueuse nasale (à l'entrée de chaque narine, au niveau de la cloison, de nombreux petits capillaires sanguins sont regroupés et peuvent saigner facilement en cas de traumatisme, même léger).

    Un saignement minime après lavage de nez est possible est sans gravité. Les embouts des sprays ou dosettes peuvent parfois blesser légèrement la muqueuse, notamment lorsque l'enfant a bougé.


    votre commentaire
  • Qu'elles soient flatteuses, positives ou négatives, les étiquettes sont toujours stigmatisantes ! Méfions-nous de ces jugements à l'emporte pièce qui enferment les enfants dans un statut ou un type de comportement: le gentil, le casse-cou, la jalouse ou la coquette ...

     


    votre commentaire
  • article issu de : https://lesprosdelapetiteenfance.fr

    Administration, management, relations avec les familles : les trois piliers de la gouvernance dans les EAJE

    https://lesprosdelapetiteenfance.fr/sites/default/files/fotolia_reunion_avec_parents_6.jpg

     

    Diriger un EAJE, c’est surfer en permanence entre trois écueils : les difficultés de gestion administrative et financière, le management et l’accompagnement des équipes et l’intégration optimale des familles au fonctionnement de la structure. De nombreuses directrices y ont pourtant habilement trouvé leurs marques… Enquête sur les méthodes de gouvernance qui cartonnent.     

    Le réseau, fer de lance de l’efficacité


    « En matière de gouvernance administrative et financière, la problématique est de trouver le juste équilibre entre décharger l’équipe d’un maximum de taches qui ne sont pas son cœur de métier, tout en ne s’éloignant pas de la réalité économique d’une entreprise de crèche », pointe Elsa Hervy, Déléguée Générale de la Fédération Française des Entreprises de Crèches (FFEC).
    Coordonner de manière globale, via les services municipaux, réseaux de crèches ou fédérations professionnelles, les grands domaines de la gestion (financière, administrative et RH), est la solution qui monte. « Quand le réseau dépasse deux ou trois crèches, le recours à un expert-comptable, à un chargé du recrutement et à un gestionnaire de planning s’impose », estime Elsa Hervy. Une condition, toutefois : le siège ne doit pas être trop éloigné des crèches, afin de faciliter les allers-retours.

    Autre pilier d’une gestion efficace : le travail en réseau. « Les structures associatives les plus en difficulté sont les plus isolées », appuie Philippe Dupuis, directeur de l’ACCEP (Association des Collectifs Parents Enfants Professionnels). Ce maillage rime avec soutien technique et psychologique. Mais aussi avec vraie complémentarité, qui enrichit le tissu local. « Parmi nos partenaires : des mutualités, de grosses associations intervenant dans le secteur éducatif, mais aussi neuf crèches parentales et des structures associatives de quartier, comme les centres sociaux, qui vont apporter aux familles quelque chose de très différent, en lien avec leurs besoins globaux, comme de l’aide à l’insertion », détaillent Claire Topenot, directrice de l’Enfance et Juliette Descos, coordinatrice Petite Enfance, à la Ville de Lyon.


    Partenariats et innovation tous azimuts


    Pas d’avancée sans proactivité : une devise qui est aussi celle d’un nombre croissant d’EAJE. Beaucoup se sont engagés dans une démarche de certification Qualité. Les crèches privées, plus proches d’un schéma classique d’entreprise, sont souvent pionnières en la matière. La démarche, globale, peut toucher l’organisation interne comme les relations avec les prestataires et fournisseurs. C’est le cas, notamment, au sein du réseau Les Petits Chaperons Rouges, qui a créé un référentiel en ce sens.

    Mais les municipalités prennent de plus en plus le relais, à l’instar de Strasbourg, depuis 2012. « C’est d’abord en lien avec les délégations de service public (DSP) mises en place que nous avons entraîné dans la démarche les acteurs du secteur, explique Gabriel Willinger, chef du service Petite Enfance. Mais aujourd’hui, cette culture de l’évaluation s’est développée partout - y compris dans les établissements, municipaux ou associatifs en-dehors de cette procédure - avec de nombreux effets bénéfiques. »

    Par ailleurs, il est important de cultiver un esprit d’innovation et de partenariat, que ce soit avec la CAF, les professionnels du secteur ou les autres acteurs locaux. Au premier rang desquels les écoles de formation. « Pour avoir de bons professionnels, il faut aller à la source », pointe Claire Topenot.


    Des salariés bien dans leur travail


    « Dans une crèche, ce qui fait la qualité d’accueil, c’est 30 % les locaux et 70 % les personnels, assure Gabriel Willinger. Un dernier item soutenu par plusieurs paramètres : les qualifications de ceux-ci, leur nombre, et comment les équipes sont accompagnées, soutenues, suivies, recadrées si nécessaire. »
    Ce management de proximité efficace prend nécessairement sa source dans une atmosphère globale bienveillante et attentive aux bonnes conditions de travail. Mais aussi dans une logique de décision résolument collaborative. Une idée très suivie dans le secteur associatif. « A En Jeux d’Enfance, nous avons fait le choix managérial selon lequel les idées viennent de la base, pour répondre au mieux aux besoins des familles », illustre Magali Bachelier, Directrice de En Jeux d'Enfance (association Don Bosco)
    Autre pilier incontournable : des temps d’échanges de pratiques réguliers et diversifiés.

    L’analyse des pratiques professionnelles devrait encore se développer avec la loi ESSOC (Etat au service d’une société de confiance) du 10 août 2018, selon Julie Marty Pichon, co-Présidente de la Fédération nationale des Educateurs de jeunes enfants (FNEJE). Aux deux journées pédagogiques mensuelles financées par la CAF et quasi-réglementaires, viennent se greffer un nombre croissant de rencontres entre professionnels, à des moments divers : pendant le temps de sieste des enfants, une fin de journée par mois, animées par la directrice ou par le psychologue de la crèche. « Il est essentiel que les gens se rencontrent, se parlent, se connaissent, afin d’apaiser les tensions », appuie Élisabeth Laithier, co-Présidente du groupe Petite Enfance de l’Association des Maires de France et adjointe Petite Enfance à la Mairie de Nancy.
    Pour Marta Martins, directrice d’une crèche Keep School et de la crèche Les Tilleuls (Babilou), à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), ces réunions donnent du sens au travail des professionnels, immergées dans un quotidien pas toujours simple, et valorise celui-ci. « Elles peuvent aussi les motiver à évoluer dans leur carrière », pointe t-elle.


    Des personnels de direction mieux formés et accompagnés


    Qu’il s’agisse de profils EJE ou puéricultrices, les directrices sont insuffisamment préparées par leur formation initiale. D’où la nécessité de mettre en place une solide politique de formation tout au long de la vie. « Nous proposons que, quel que soit le poste de direction pris, une formation complémentaire soit proposée en continu, pour leur permettre de conjuguer sereinement leurs fonctions d’accueillants et de gestionnaires », informe Julie Marty Pichon. Une proposition reprise, notamment, et de longue date, par l’AMF.
    En attendant, un nombre croissant d’entreprises de crèches développent des modules d’accompagnement de leurs directrices sur des compétences en gestion des conflits, du stress ou financière. « Ces initiatives sont indispensables pour la réussite de tous, car un mauvais manager est en souffrance, qu’il transmet toute l’équipe », résume Elsa Hervy.
    Le secteur associatif l’a bien compris, qui invite les établissements à se professionnaliser. C’est notamment le cas à l’ACCEP. « Nous préconisons de plus en plus que les associations se dotent d’outils plus pointus en gestion financière », explique Philippe Dupuis.



    Des personnels « volants » pour pallier les absences


    L’une des grosses difficultés des gestionnaires est d’organiser, de la manière la plus réactive possible, les effectifs et le planning des équipes. Une solution en plein essor est celle des personnels « volants », pour le remplacement des absences de courte durée, que ce soit pour l’accueil ou les services techniques (entretien, restauration…). Autre avantage de cette réserve de personnels : dans les entreprises de crèches privées notamment, en forte croissance, cela permet d’avoir un pool de professionnels à tester sur différents postes.



    La coéducation, réaffirmée dans les référentiels


    « Partout, il est impératif d’intégrer davantage les parents dans l’organisation et le fonctionnement des structures, comme le préconise très justement la CNAF depuis plusieurs années », déclare Julie Marty Pichon. Une opinion largement partagée par Gabriel Willinger. « La coéducation constitue un engagement très fort de notre Charte Qualité », appuie-t-il. Cette coopération passe notamment par l’élection de Parents-Relais, élus par leurs pairs et qui répercutent les questions et / ou doléances de ceux-ci auprès des professionnels, dans le cadre d’une instance consultative collégiale, le Conseil de crèche. « Chez nous, les mandats sont de deux ans, car c’est généralement la durée que reste une famille, précise Élisabeth Laithier. Au terme de ces deux années, un Conseil de crèche plénier réunit en Mairie parents élus et professionnels des différentes structures, autour d’un fil rouge commun (les écrans, le sommeil, l’autorité…) suivie d’échanges et d’un verre de l’amitié, pour remercier les personnes de leur investissement. »

    La réussite du Conseil de crèche est toutefois subordonnée à plusieurs conditions. « Il faut qu’il soit fait au niveau de l’établissement : ce qui intéresse les parents, c’est de s’investir sur la crèche de leur enfant, note Céline Legrain, Directrice générale de l’association Crescendo (groupe SOS Jeunesse). Il faut aussi des équipes en confiance, aptes à mettre en place des élections et des rencontres, en sus de leur travail quotidien. Enfin, cette organisation est plus simple à établir en crèche qu’en halte-garderie, où les parents se connaissent moins. »



    Des parents résolument intégrés à la vie de la crèche


    « Pour que cela fonctionne bien avec les parents, il faut qu’ils aient confiance, et pour qu’ils aient confiance, il faut une vraie transparence », estime Claire Topenot. Pour ce faire, les entreprises de crèches ont une large palette d’actions à leur actif, en fonction de leurs possibilités et des besoins : bureau de la directrice ouvert matin et soir, possibilité de demander à s’entretenir avec le psychologue… La plupart organisent aussi des cafés, des goûters, voire des apéritifs parents, sur des thématiques variées : présentation de l’équipe et du fonctionnement de la structure à la rentrée, puis échanges thématiques autour d’un professionnel adaptés aux âges.

    Autre levier : la co-animation d’ateliers ou d’activités, soit de manière ponctuelle, sur proposition des parents, soit plus formalisée (dans le cadre, par exemple, de la Semaine Nationale de la Petite Enfance, en mars). « L’idée est de travailler autour du trio enfants-parents-salariés, de valoriser le travail des professionnels et de partager des moments autour de l’enfant, sur un thème décidé au siège et décliné à leur gré par les équipes », détaille Marie-Claude Rovera, Directrice Qualité Petite Enfance du réseau privé Les Petits Chaperons Rouges.


    Être un soutien social complet pour les publics en difficultés


    Bien que la globalité de l’accompagnement reste la force des structures associatives, le sentiment que l’avenir des crèches est d’être actrices de la prévention sociale, de la mixité et de l’accueil des enfants en situation de handicap, dès le plus jeune âge est désormais partagé par tous. Cela n’exclut pas les interrogations. « Il y a un vrai décalage entre ces attentes et les moyens alloués », déplore Céline Legrain.

    Article rédigé par : CatherinePiraud-Rouet
     
    Publié le 05 mars 2019
    Mis à jour le 06 mars 2019

    votre commentaire
  • article issu de : https://lesprosdelapetiteenfance.fr

    EAJE : 12 bonnes pratiques de gouvernance à reproduire

     

    Aux quatre coins de la France et dans tous les secteurs de la branche (public, privé lucratif ou associatif), des gestionnaires d’établissements regorgent d’astuces pour lever les freins à leur fonctionnement optimal. Revue de détail de quelques-unes de ces bonnes pratiques… A reproduire sans modération !

    1. Multiplier les astuces pour résoudre les problèmes de trésorerie


    L’écueil du décalage entre les avances effectuées sur la part Familles de la Caisse d'Allocations Familiales (CAF) et la réception de la PSU entraînait des périodes fréquentes de trésorerie basse, avec à la clé de mauvaises notations par les banques. Pour anticiper ces effets de trésorerie, la Fédération Françaises des Entreprises de Crèches (FFEC) est allée expliquer en direct le modèle des crèches PSU à la Banque de France, pour que ces informations soient répercutées aux différentes agences. Pari gagnant. « Nos adhérents sont mieux notés, avec de plus grandes facilités d’obtention de crédit », note Elsa Hervy, Déléguée générale de la FFEC.

    Dans un contexte budgétaire incertain, l’étalement des échéances est une solution privilégiée par certains EAJE, à commencer par ceux de l’économie sociale et solidaire. « Nous essayons de mettre en place avec certaines communes un budget négocié sur trois ans plutôt qu’annuellement, témoigne Céline Legrain, Directrice générale de l’association Crescendo (groupe SOS Jeunesse). Nous fixons ce budget avec un taux d’évolution, ce qui nous permet, pendant trois ans, d’avoir une plus grande visibilité. C’est toutefois à quitte ou double : si l’on négocie trop bas au début du terme, au vu de l’évolution des charges et des salaires, nous ne nous y retrouvons pas. »


    2. Une gestion centralisée pour soulager les structures

    A Lyon, on compte en central, à destination de l’ensemble des 50 structures municipales, une équipe d’experts dédiés à chaque domaine : un mi-temps de diététicienne, un autre sur l'hygiène des locaux et les pratiques d’entretien, ainsi qu’une personne aux travaux et à l’ergonomie des locaux
    Dans les structures de la FEEC, chaque directrice est assistée par une coordinatrice. Certaines choisissent un interlocuteur unique avec le siège, d’autres préfèrent avoir des référents spécialistes (en gestion, en RH, un référent spécifique, sur les questions pédagogiques par exemple).
    Ce soutien centralisé est si crucial que la Scop Accent Petite Enfance, séparée depuis août 2018 de son association mère Don Bosco, a choisi de rester connectée à celle-ci en matière de gestion. « Par le biais de frais de siège, nous louons les services de leur Pôle Gestion, ce qui laisse à notre disposition toute une série de fonctions supports qui nous sont très utiles », explique Magali Bachelier, sa Directrice Générale déléguée.


    Même les crèches parentales ont embrayé le mouvement. « Nous avons mis en place des coordinateurs de réseau dédiés, permettant d’associer en permanence les parents à toutes les décisions stratégiques, en les soulageant au maximum des aspects techniques et en sécurisant le système », pointe Philippe Dupuis, Directeur de l’ACCEP (Association des Collectifs Parents Enfants Professionnels), forte de 800 structures, dont 250 crèches parentales.


    3. Travail en réseau et mutualisation des bonnes idées


     « Quand une crèche a une bonne idée, nous mutualisons au maximum, témoigne Magali Bachelier. Par exemple, nous nous sommes rapprochés de la Scop Cerise, qui propose la charte Eco-Crèche. Une crèche a commencé à cultiver un potager et à élever des poules dans son jardin : une démarche d’expérimentation reprise par l’ensemble des structures de notre réseau. »


    4. L’engagement dans une démarche qualité / développement durable


    La FFEC est en train de mettre en place un réseau de partenaires de confiance, des prestataires de crèches avec lesquels elle négocie les tarifs pour ses adhérents et avec qui elle contracte, sur la base d’une Charte Qualité. « Depuis l’an passé, nous avons ainsi labellisé une centrale d’achat, des médiateurs à la consommation, un avocat en droit social, un courtier en énergie… retrace Elsa Hervy. Un référencement des fournisseurs de produits de base (lait, couches, épicerie) est en cours et nous voudrions embrayer rapidement sur les prestataires de contrôle réglementaire. »
    A Lyon, l’approche « développement durable » est à l’honneur. Elle se traduit par la réalisation des repas sur place, avec des produits frais. « Ce n’est pas plus cher que de se faire livrer et de réchauffer, avec l’avantage d’être sur du « zéro déchets » », appuie Juliette Descos, Coordinatrice Petite Enfance.



    5. La mise en place d’une politique d’innovation


    A Lyon, un partenariat avec Sciences-Po est en cours d’élaboration, visant à renforcer les compétences managériales des directrices. Dans les cartons aussi : un projet de crèche d’application pour 2022 ou 2023. L’équipe municipale participe également à la construction du DU (diplôme universitaire) « Pour une culture commune d’accueil du jeune enfant », lancé à l’université Lyon 1, regroupant professionnels du secteur, ATSEM et responsables d’accueils de loisirs et dont la première rentrée est prévue en septembre 2019. « J’espère que, de manière globale, le partenariat du secteur avec l’université va continuer à se développer, déclare Claire Topenot, Directrice de l’Enfance, car cette ouverture est une voie pour revaloriser les métiers. »


    6. L’attachement au bien-être au travail des salariés


    L’ACCEP a mis en place un accompagnement resserré des salariés sur le plan de la santé et du bien-être au travail. « Nous les formons tous à la prévention des risques liés à l’activité physique, précise Philippe Dupuis. Ainsi, les plans de change se font debout, ce qui permet de préserver le dos des professionnels, tout en respectant l’autonomie de l’enfant. » On y veille aussi à l’instauration d’un dialogue social de qualité entre salariés et collectif de parents employeurs, assorti de la mise en place d’ateliers Formation tout au long de la vie, Santé, Utilisation de produits durables…


    7. Des temps d’échanges de pratiques réguliers et diversifiés


    L’association En Jeux d’Enfance organise un forum annuel autogéré à 100 % par les équipes, avec, le matin, une conférence sur une thématique et l’après-midi des ateliers et des temps d’échange de pratiques.
    A Crescendo sont mises en place des formations croisées. « Cela permet de créer des réseaux et de rencontrer d’autres EJE qui travaillent ailleurs, de monter des groupes de travail : sur le tutorat des stagiaires, l’intégration de nouveaux salariés… », pointe Céline Legrain. Ces regards croisés interdisciplinaires permettent de favoriser l’expérimentation et de rester efficace.


    8. Une logique de décision résolument collaborative


    A l’ACCEP,  la coopération parents-professionnels a été retravaillée à tous les niveaux. « Le management doit être partagé entre les parents et la directrice ou la responsable technique, expose Philippe Dupuis. Nous préconisons aussi la constitution de binômes directrice - bureau de l’association, pour favoriser la compréhension mutuelle. »


    9. Des personnels de direction mieux formés et accompagnés


    La FFEC s’active actuellement, au sein de la branche des Entreprises de services à la personne, dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle. « En tant que fédération d’employeurs, nous souhaitons cofinancer les formations d’accompagnement des directeurs sur les compétences qu’ils n’ont pas », précise Elsa Hervy.


    10. Un pool de personnels « volants » pour pallier les absents


    A Nancy, une personne par établissement, une « fixe-mobile » sous statut fonctionnaire, peut être appelée, en cas d’absence de courte durée d’un personnel, pour intervenir dans un périmètre de 4-5 crèches, en fonction des besoins. Et sur les absences longues, la Ville compte un volant de roulantes et de remplaçantes, plus une enveloppe de quelque 200 mois à utiliser au fur et à mesure. « Nous faisons également appel à une Cv-thèque de personnes vues en entretien, dont on connaît les qualités et que l’on peut appeler en cas de besoin », témoigne Élisabeth Laithier, co-Présidente du groupe Petite Enfance de l’Association des Maires de France et adjointe Petite Enfance à la Mairie de Nancy. Ce système confère une grande souplesse. « Par rapport à certains de nos homologues, nous faisons très peu appel à l’intérim », apprécie-t-elle.


    11. La co-éducation, réaffirmée dans les référentiels


    « Depuis 2014, dans nos 400 crèches, nous avons décidé de nous orienter vers une option plus large que le partenariat initial avec les parents, pour aller vers la coéducation, formalisée par une Charte rappelant les droits et devoirs de chacun », précise Anne-Claude Rovera, Directrice Qualité Petite Enfance du réseau de crèches privées Les Petits Chaperons Rouges. Les Parents Délégués - ou Relais - font partie des commissions d’admission et voient, de manière très transparente, comment les places sont attribuées. Ils participent aussi au Conseil d’administration. Au sein du Conseil de crèche sont conviés l’équipe pluridisciplinaire (médecin, psychologue, coordonnatrice du secteur, professionnels de la crèche), les entreprises et institutions partenaires et mairie, ainsi que les Parents Relais.

    Dans l’associatif, l’implication des familles porte parfois ses fruits au-delà de toute espérance. « Il y a six ans, les parents sont montés au créneau contre notre système de restauration collective industrielle, porté par une cuisine centrale, témoigne Magali Bachelier. Ce qui a entraîné la dénonciation de notre contrat avec le prestataire et le démarrage d’une gestion directe de cette cuisine, en développant un process alimentaire spécialement dédié aux crèches, avec moins de graisses, de sauces, et 60 % de bio. Depuis, cette cuisine, devenue elle aussi coopérative, fournit l’ensemble de nos crèches. Nous y avons gagné en qualité des repas, praticité et coût : tout le monde s’y retrouve. »



    12. Etre un soutien social complet pour les publics en difficultés


    A En Jeux D’Enfance ont été créées, depuis janvier 2017, cinq places solidaires en crèche, un peu le pendant des crèches AVIP, qui tournent sur les structures en fonction des besoins des familles.

     

     

    Article rédigé par : Catherine Piraud-Rouet
     
    Publié le 05 mars 2019
    Mis à jour le 06 mars 2019

     

     

     

     

    Actualités

    Jardins d’enfants : Strasbourg se mobilise à son tour

    Avec Paris, Strasbourg est l’une des villes qui accueillent le plus grand...

    Publié le 05 mars 2019

    Obligation vaccinale et examens médicaux chez l’enfant : les nouvelles dispositions

    Un arrêté et un décret publiés au Journal Officiel précisent la mise...

    Publié le 01 mars 2019

    Assistantes maternelles : hausse des indemnités kilométriques

    Un arrêté publié au Journal Officiel fixe le nouveau montant minimal...

    Publié le 01 mars 2019
    Toute l’actualité
     

    Agenda

     

     

    SOUS LE HAUT PATRONAGE
    • Le Ministère des Solidarités et de la Santé

    Nos partenaires
    Inscrivez-vous à la newsletter
     

     

     
     

     

    • © Les pros de la Petite Enfance - Tous droits réservés I Conception et Réalisation Pilot Systems

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • article issu de : https://solidarites-sante.gouv.fr

    Maladies transmissibles de l’enfant

    Certaines maladies infectieuses peuvent être prévenues par la vaccination D’une manière générale, des mesures d’hygiène simple, comme le lavage des mains fréquent, la cuisson des aliments, le fait de se couvrir la bouche lorsqu’on tousse voire le port de masques limitent leur transmission.

    JPEG

    Les maladies infectieuses sont des maladies qui se transmettent principalement de 3 façons :

    - Par l’air qui transporte de minuscules particules infectantes (voie aérienne)
    - Par l’alimentation (voie digestive)
    - Par la peau (voie cutanée)

    Maladies à prévention vaccinale

    Un moyen simple de les prévenir ou d’atténuer leurs conséquences : la vaccination

    La vaccination est un moyen de prévention très efficace pour éviter de nombreuses maladies infectieuses. Se vacciner, c’est se protéger. En entrainant une réponse immunitaire spécifique, le vaccin évite une éventuelle contamination future. Se vacciner, c’est aussi protéger les autres, en particulier les plus fragiles : en se vaccinant, on évite de transmettre la maladie aux personnes les plus fragiles de son entourage.

    - L’ensemble des recommandations vaccinales aux personnes résidant en France en fonction de leur âge est rassemblé dans le calendrier des vaccinations du ministère

    - Pour plus d’informations sur les vaccins sur la base de données publique des medicaments

    Les infections pulmonaires et de la sphère ORL

    Ce sont des infections qui touchent les poumons et la sphère oto-rhino-laryngée, dite sphère ORL, c’est-à-dire de la bouche, de la gorge ou des oreilles. Ce sont les maladies infectieuses qui touchent le plus les enfants. Causées la plupart du temps par des virus, la plupart du temps elles ne nécessitent pas la prise d’antibiotiques .

    Les maladies éruptives

    Elles provoquent, comme leur nom l’indique, des éruptions cutanées. D’origine virale, elles se soignent sans antibiotiques, à l’exception de la scarlatine, qui est due à une bactérie.

    Ces infections sont bénignes dans la majorité des cas. Elles doivent néanmoins être diagnostiquées, car elles peuvent parfois être graves (la rougeole, par exemple), ou entraîner des complications (la rubéole, par exemple, qui présente un risque pour les femmes enceintes).

    Certaines peuvent être évitées grâce à la vaccination (rougeole, rubéole).

    >> Les infections gastro-intestinales, ou gastro-entérites

    Ce sont des infections inflammatoires du système digestif, à l’origine de symptômes tels que : vomissements, diarrhée aiguë, fatigue, perte d’appétit, fièvre, douleurs abdominales, etc.

    Il en existe plusieurs types, mais la grande majorité de ces maladies est d’origine virale.

    Elles sont très fréquentes chez les jeunes enfants, surtout lorsqu’ils sont exposés du fait de leur accueil au sein de structures collectives (crèches, garderies, école).

    Elles sont très contagieuses mais le plus souvent sans gravité. Le principal risque est la déshydratation du nourrisson ou du jeune enfant. Dans la majorité des cas, le médecin traite les symptômes de la maladie en s’appuie principalement sur la réhydratation orale.

    Diarrhée chez les nourrissons et les petits enfants :comment éviter la déshydratation

    Les hépatites virales

    Ce sont des maladies inflammatoires du foie liées à une infection virale. Il existe plusieurs sortes de virus (A, B, C…) et certains peuvent donner des infections chroniques qui peuvent être à l’origine de complications graves (cirrhose et cancer du foie).

    Les antibiotiques sont inefficaces contre toutes les formes d’hépatites. Il existe en revanche des vaccins pour prévenir les hépatites A et B.

    Hépatite A

    Hépatite B


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires