• Quand un second enfant arrive

     

    Quand un second enfant arrive

    Il est le premier enfant. Le seul. Le centre de toute votre attention. Mais voilà qu’un bébé va arriver, le faisant passer du statut d’enfant unique à celui d’enfant aîné. Comment le préparer au mieux à cette petite révolution ? Eléments de réponse avec Elisabeth Darchis, psychologue clinicienne, thérapeute de couple et thérapeute familiale.

    Tu veux un petit frère ou une petite sœur ?

    Votre premier enfant a deux, trois, quatre ans. L’envie d’agrandir la famille se fait de plus en plus forte. Si certains parents gardent ce désir secret jusqu’à ce qu’il se concrétise, d’autres seront tentés de le partager avec leur enfant. Voire, de l’impliquer à part entière dans l’ultime décision. Mais si l’on peut demander à l’aîné ce qu’il souhaite, ce n’est pas à lui que revient le dernier mot. « On peut échanger sur le désir, mais il ne faut pas donner à l’enfant l’impression que c’est lui qui choisit », met en garde Elisabeth Darchis. Chacun reste à sa place. Un oui ou un non est structurant pour l’enfant ; le laisser trancher entre le oui ou le non serait au contraire le surcharger d’une lourde responsabilité.

    Ni trop tôt, ni trop tard

    Nausées, fatigue, parfois même un petit ventre bombé : les premiers signes de grossesse s’installent. Quand faire part à son aîné de cette grossesse? « Tout dépend de l’âge de l’enfant, de son caractère », explique Elisabeth Darchis. Mais aussi, des parents, et de leur volonté d’annoncer plus ou moins précocement la nouvelle à l’entourage. Toutefois, il est préférable d’attendre la première échographie pour être sûr que le bébé va bien. A un jeune enfant pour qui de longs mois peuvent paraître une éternité, on pourra attendre encore un peu plus. Sauf s’il pressent que « quelque chose » se passe. « Lui dire qu’il se trompe serait néfaste et perturberait sa relation à la réalité », met en garde la psychologue. Et le moment venu, n’annoncez pas la nouvelle entre deux portes. « Il faut choisir un moment où chacun est disponible pour répondre à des questions ou apaiser des craintes », précise la psychologue.

    Un état d’esprit positif

    Quel mot utiliser pour annoncer la nouvelle ? Il n’y a pas de formule magique, mais un état d’esprit à garder en tête : positif. « Il faut transmettre à son enfant le bonheur d’avoir un frère ou une sœur, la richesse qu’est le fait d’avoir une fratrie », explique la psychologue. Alors, les mots couleront naturellement pour annoncer cette « bonne » nouvelle – et non pour se justifier ou s’excuser, en tant que parent, d’avoir un second enfant. Car l’enfant, véritable « éponge » a-t-on coutume de dire, risque de ressentir l’angoisse – celle des parents – tapie sous ce type de discours dédouanant.

    Ce qui n’exclut pas, bien sûr, de rassurer son enfant de son amour. « Mais inutile d’en rajouter s’il ne montre pas d’inquiétude – cela sous-entendrait que le bébé représente effectivement un danger », précise Elisabeth Darchis.

    Régresser pour mieux s’adapter

    Alors que le ventre de la maman s’arrondit, l’aîné régresse. Réclame ce biberon rejeté si fièrement il y a quelques mois. Refait pipi au lit, mettant en péril une propreté acquise au prix de nombreux efforts. Et enchaîne les caprices du matin au soir… Faut-il s’inquiéter de ce repli dans le développement? « Bien au contraire, rassure Elisabeth Darchis. La régression est généralement bon signe. Elle indique que l’enfant se prépare. C’est reculer pour mieux sauter. » D’ailleurs, que fait la femme enceinte en mangeant des fraises ? Le père en prenant quelques kilos ? Les grands-parents en ressortant leurs albums photos ? Ils régressent eux aussi. « Tout le groupe se prépare en vue d’accueillir un bébé qui va fonctionner de manière primitive. La régression est un signe du réaménagement des places et une préparation au grandissement », analyse la psychologue.

    La jalousie, une réaction naturelle

    « Pose le bébé ! ». « C’est ma maman ! » Tout comme la régression, la jalousie est une réaction naturelle dans ce processus d’accueil d’un nouveau bébé, explique Elisabeth Darchis : « La jalousie est plutôt bon signe, elle signifie que l’enfant réalise qu’une nouvelle organisation se met en place ». Si les parents ne sont pas trop angoissés, cette jalousie disparaîtra naturellement… Mais risque de perdurer si les parents s’embarrassent de précautions pour « protéger » l’aîné. Par exemple, en évitant de s’occuper du bébé devant lui. Ce type d’attitude ne fait que conforter l’enfant dans le danger que représente le bébé.

    Amour parental, amour infini

    « J’ai l’impression de trahir ma fille. J’ai peur de ne plus avoir assez de temps pour elle », s’inquiète Ingrid, enceinte de 8 mois. « Parfois, les parents confondent le partage de l’amour et le partage du temps. Mais l’amour parental ne se partage pas comme un gâteau ! Un cœur énorme se construit pour chaque enfant, et en aucun cas, les cœurs ne se divisent », insiste Elisabeth Darchis. De plus, c’est une très belle chose que d’apprendre à son aîné de partager son temps ». Mais pour transmettre ce message à son enfant, encore faut-il en être persuadé soi-même. De l’état d’esprit des parents dépend en effet en grande partie la réaction de l’aîné. Etre convaincu que donner un frère ou une sœur à son enfant est un cadeau semble être le postulat de base pour préparer sereinement toute la famille, et pas seulement l’aîné, à accueillir un nouvel enfant.

    A lire

    Pour les parents
    Frères et sœurs, entre complicité et rivalité, de Elisabeth et Jean-Patrick Darchis (Nathan, coll. J’en parle avec mon enfant, 2009)
    On attend un nouveau bébé, de Bernard Geberowicz et Florence Deguen (Albin Michel, 2007)

    A lire à son enfant

    J'attends un petit frère, de Marianne Vilcoq (L'Ecole des loisirs, 2004). Un livre joliment conçu, avec un système de rabats qui montre l'évolution du ventre de la maman et du bébé. Et, au fur et à mesure que le ventre grossit et le bébé grandit, les différentes émotions de l'aîné : colère, jalousie, régression puis enfin, impatience quand à l'arrivée du petit frère.

    Attendre un petit frère ou une petite sœur et Un bébé à la maison, de Catherine Dolto (Gallimard Jeunesse Giboulées, 2006). Tout simplement mais avec une grande finesse, les petits ouvrages de Catherine Dolto permettent d'aborder, avec son enfant, les différentes périodes, épreuves ou questionnements de la vie d'un tout-petit . Mention spéciale pour Un bébé à la maison, qui familiarisera l'aîné avec le quotidien d'un nourrisson : les pleurs, les tétées, les visites au bébé, etc.

    Trotro et Zaza sa petite sœur, Bénédicte Guettier (Gallimard-Jeunesse, 2007). Les parents de Trotro sont bizarres ces derniers temps. Maman oublie de préparer le biberon, papa ne gronde plus... Et pour cause, ils ont un secret : ils vont avoir un bébé. De l'annonce de la grande nouvelle au retour du bébé à la maison, en passant par la grande question - fille ou garçon - , on suit l'âne Trotro dans cette grande aventure qu'est l'arrivée d'un petit frère ou d'une petite soeur. L'enfant aimera s'identifier à Trotro, l'un de ses héros préférés.

    Tout change, de Anthony Bronw (L'Ecole des Loisirs, 2004). Ce matin, le papa de Joseph est parti chercher sa maman en lui annonçant que les choses allaient changer. Mais qu'est-ce qui va changer ? Joseph se met alors à voir de drôles de choses : la bouilloire se transforme en chat, la fauteuil prend des airs de gorille... Jusqu'au dénouement : papa et maman ramènent... une petite soeur ! Une manière poétique d'aborder la venue d'un bébé.


     

     

     

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter